« Le tir à l’arc, c’est de la concentration et de la force », entretien avec Nathan et Gurvan

Suite aux récents concours en extérieur sur lesquels des jeunes de la Compagnie ont réalisé leur premier concours à l’air libre, nous avons voulu connaître les impressions de deux d’entre eux : Nathan (benjamin) et Gurvan (minime) qui on commencé le tir à l’arc ensemble la saison dernière. L’occasion d’en savoir plus sur eux et leur vision du sport, de la compétition avec la mise en place d’un nouveau format que nous espérons reproduire de plus en plus : l’interview. Entretien avec nos deux jeunes ambitieux.

Nathan et Gurvan, vous pratiqué le tir à l’arc depuis deux saisons maintenant et vous venez de participer à votre premier concours de Tir en Campagne le week-end dernier à Crozon (le 13 mai). Qu’avez-vous pensé de ce concours ?

Gurvan : C’était une bonne expérience surtout de tirer en Campagne, cela changeait des concours habituels auxquels j’ai pu participer. J’ai bien aimé ce format de compétition.

Nathan : Quand on tire dehors c’est plus difficile de se concentrer avec la météo qui change comme quand il y a du le vent par exemple.

Qu’est-ce qui vous a le plus plu sur ce format de compétition que vous ne connaissiez pas jusqu’au concours de Crozon ? (24 cibles placées dans un bois, 12 dont la distance de tir est connue, 12 autres où c’est à l’archer de l’estimer, les cibles étant plus ou moins lointaines selon les catégories d’âge)

Gurvan : Ce qui m’a plu, c’est le fait de tirer en extérieur en pleine nature

Nathan : Quand on tire en Campagne, c’est bien parce que l’on marche, on tire, on ne fait pas tout le temps la même chose et surtout on tire dehors, ça c’est bien !

A l’inverse, qu’est ce qui vous a surpris voire même peut-être déplu ?

Gurvan : Rien ne m’a déplu pour cette première. Même si potentiellement le temps pouvait changer et me demander plus de concentration.

Le fait de pouvoir tirer avec un archer confirmé sur les premiers parcours Campagne est une particularité offerte par ce format de tir. Qu’en avez-vous pensé ?

Gurvan : Oui, c’est assez pratique si l’on a un problème par exemple pour régler son arc ou estimer la distance.

Nathan : Quand je tirais, Arnaud (l’archer qui l’a accompagné) me disais de baisser mon viseur ou de le monter, de faire attention à mon bras d’arc en visée aussi par exemple.

Les tireurs confirmés (Pro) qui tiraient avec vous vous ont-ils été de bons conseils ? Ont-ils su répondre à vos attentes ?

Gurvan : Julien a tiré avec moi, il m’a été d’une grande aide parce qu’il m’a donné beaucoup de conseils pratique.

Nathan, tu as aussi eu l’occasion de faire tes premiers concours en Fédéral (à 20m, il est benjamin). Qu’en as-tu pensé ? Est-ce pour toi une autre vision du tir à l’arc ?

Nathan : Oui c’était très bien, le tir Fédéral, ça change du tir en salle. Je préfère tirer dehors

Vous avez tous les deux commencé le tir à l’arc en septembre 2016. Comment avez-vous découvert ce sport ?

Gurvan : Au départ, j’avais 9 ans je crois quand je me suis intéressé à ce sport. J’avais envie d’en faire mais j’étais un peu trop jeune. Quand j’ai su que j’avais l’âge pour pouvoir en faire, j’ai foncé tout de suite et j’ai pris ma première licence !

Nathan : J’ai découvert le tir à l’arc un peu par hasard, au Forum des Associations, où les sports présentent leurs activités. Il y avait un pas de tir d’initiation. J’ai essayé et ça m’a plu. Ça m’a donné envie de continuer

Quel est l’élément déterminant qui vous a convaincu définitivement de vous inscrire au club ?

Gurvan : On a eu la chance d’avoir des séances pour tester au début. Comme elles se sont bien passées et que ce sport me plaisait déjà avant que j’en fasse, j’ai continué. J’ai bien aimé l’ambiance du groupe aussi alors je me suis dis pourquoi ne pas en faire en tant que sport principal comme je n’en faisais pas d’autres.

Nathan : J’ai pris ma licence parce que l’initiation au Forum m’a plu, mais aussi parce que les entraîneurs sont sympas et les archers qui en faisais déjà nous ont bien accueilli.

Cette saison vous avez eu votre arc personnel, vous avez changé de groupe d’entraînement et vous avez maintenant deux séances d’entraînements par semaine. Comment ressentez-vous le fait de pouvoir vous entraîner plus ?

Gurvan : Personnellement, je trouve mieux cette saison parce que comme on s’entraîne plus, on peut travailler plus et progresser. Ça nous permet aussi de participer à plus de concours, et je pense que c’est pour cela que nous avons pu faire ce tir Campagne parce que si nous n’avions pas pu tirer plus, nous serions restés au même niveau.

Nathan : Quand on a son propre arc, c’est bien parce qu’on tire peut aussi tirer plus puissant comme nous avons plus d’heures d’entraînements pour nous y habituer.

De manière globale, quels sont les principaux changements que vous avez remarqué cette saison par rapport votre première saison ?

Gurvan : Cette année, nous tirons avec des archers plus grands, qui ont plus d’expérience dans le tir à l’arc. Je me suis senti rapidement à l’aise avec ce groupe. Je trouve aussi que nous avons participé à plus de concours aussi. Mais même pendant les entraînements, nous sommes plus investis.

Nathan : La saison dernière, nous avons tout le temps tirer en salle alors que cette année ça change, on a tiré en salle et maintenant dehors.

Ces changements vous ont-ils plu ?

Gurvan : Oui, ça a été un grand changement mais je préfère cette saison.

L’an passé vous étiez benjamin, vous avez pu participer au Tournoi Départemental Poussin / Benjamin. Qu’en avez-vous pensé ? Cela vous a-t-il donné envie de faire de la compétition ?

Gurvan : J’ai vraiment aimé ces concours mais comme c’était en salle je trouvais ça moins cool. Cette année, dès que j’ai su qu’on allait aussi tirer dehors, ça m’a encouragé et motivé.

Nathan : Quand on tire en salle, comme sur les tournois poussins, c’est moins amusant parce qu’au final on tire nos flèches, on va les chercher et on fait ça tout le temps. Alors que dehors, on s’amuse, on rigole, c’est complétement différent.

Est-ce que vous avez aimé les tournois pendant votre première année de tir ?

Gurvan : J’ai aimé ça mais je trouvais mieux l’idée de tirer dehors. Maintenant que j’ai vu à quoi ça ressemblait de tirer dehors, j’aime encore plus.

Nathan : Je suis d’accord avec Gurvan, c’était bien parce qu’on avait la chance de faire des concours mais j’avais aussi d’envie de tirer dehors.

Du fait de vos entraînements plus récurrents, vous réalisez une saison pleine aussi bien en salle que maintenant en extérieur. Qu’évoque pour vos la compétition ?

Gurvan : Depuis que je suis tout petit, je n’ai jamais trop aimé la compétition et justement c’est pour ça que j’ai choisi le tir à l’arc parce que je trouvais que c’était moins compétitif que le foot ou les sports collectifs. J’étais plutôt satisfait quand j’ai remarqué pendant les concours qu’il n’y avait autant de compétition entre les archers même si on est adversaire. En tout cas, je ne l’ai pas ressentie pareil, je préfère comme ça.

Nathan : Quand on tire pendant les concours, on a un esprit d’équipe mais on est aussi seul parce que le résultat dépend de ce que l’on fait. Les concours, je trouve ça amusant.

Que pensez-vous que la compétition vous a apporté ? Qu’espérez vous qu’elle vous apporte dans le futur ?

Gurvan : Je pense que ça peut nous apporter un esprit de groupe, que l’on s’aide entre nous. Ça peut aussi nous rendre un peu plus compétitif.

Nathan : C’est bien aussi de pratiquer le tir à l’arc parce qu’il faut être patient, prendre son temps et resté concentré. Je pense que ça m’aide à tout cela.

Comment vous vous préparez avant un concours ? Est – elle la même pour un concours normal que pour un Championnat ?

Gurvan : Je trouve que l’entraînement, on est bien conditionné pour faire le concours comme ça quand nous arrivons sur place pour la compétition nous ne sommes pas perdus. Nous connaissons les bases sur lesquelles on peut s’appuyer si nous avons un problème. Les entraîneurs nous expliquent ce qu’il faut faire, c’est bien.

Nathan : Pour s’entraîner pour les concours, on fait des volées marquantes par exemple pour être dans les mêmes conditions. Ça m’aide à bien travailler.

Quel est votre principal objectif pour la fin de saison ? Pour l’année prochaine ?

Gurvan : Moi se serait de faire au moins trois ou quatre concours encore en extérieur parce que c’est ce qui me plaît le plus. J’ai envie de progresser surtout sur les concours dehors l’an prochain.

Nathan : J’aime bien les concours en extérieur parce que l’on est à l’air libre, et même si des fois il pleut et que ce n’est pas amusant il faut se dire que quand il fait beau ça l’est.

Mais concrètement quels seront / seraient vos principaux objectifs ?

Nathan : J’ai envie d’essayer de faire encore plus de concours et de gagner !

Gurvan : Moi se serait aussi de faire un peu plus de concours parce que j’ai pu en faire moins ces dernières semaines. J’ai envie d’aller un niveau au-dessus.

Pour vous que signifie s’engager pour son club ? Seriez-vous prêt à vous investir davantage dans la vie du club ?

Gurvan : Oui mais c’est vrai qu’en dehors du tir on fait d’autres choses donc ce n’est pas facile. Mais j’aimerai bien.

Nathan : Moi aussi je trouve que ça serait bien que je m’investisse plus.

Mais pour vous ça consisterait en quoi s’investir ?

Gurvan : Pour moi ça serait par exemple d’être plus présent aux entraînements mais aussi donner des conseils à ceux qui font moins de concours que nous. Essayer de faire plus de concours aussi ça serait bien.

Parlez-vous de votre sport avec vos copains au collège ? Qu’en pensent-ils ? Pensez-vous qu’ils seraient intéressé pour en faire ?

Gurvan : Au début j’en ai parlé à certains de mes copains. Et il y en a un qui s’est inscrit au tir à l’arc. Sinon, mes autres amis trouvent le tir à l’arc assez bien mais tout le monde à dans l’imaginaire collectif que l’arc c’est une arme donc ils trouvent ça plutôt stylé.

Nathan : J’en ai parlé à un poto (un ami), il m’a dit qu’il trouvait ça bien. Il va peut-être s’inscrire l’année prochaine.

Si vous deviez résumer le tir à l’arc en une phrase, quelle serait-elle ?

Gurvan : Le tir à l’arc, c’est de la concentration et de la force

Nathan : C’est bien de faire du tir à l’arc parce qu’il faut être patient et concentré. Et le tir à l’arc peut nous l’apprendre.

Qu’est-ce qu’une performance sportive à vos yeux ?

Gurvan : Une performance sportive, c’est savoir faire quelques choses de spécial un peu dans un sport. Pour nous, au tir à l’arc, c’est de savoir viser quelques choses tout en restant concentré.

Nathan : C’est bien parce qu’il y a plusieurs formes dans le tir à l’arc ; le 3D, le Campagne, le Fédéral. Ça permet d’être performant dans une discipline ou plusieurs.

Le tir à l’arc se pratique en individuel mais aussi en équipe. Quel est l’intérêt, pour vous, du tir par équipe ?

Gurvan : Je trouve ça plutôt pas mal, mais à mon avis le tir à l’arc c’est plus un sport individuel. C’est vrai que c’est toujours bien de garder l’esprit d’équipe dans un club.

Nathan : Quand on tire individuellement, on garde quand même un esprit d’équipe avec les entraîneurs et nos copains qui tirent aussi…(il est coupé par Gurvan) On compte sur chacun, on sait que l’on a tous un rôle dans le club pour faire monter le club.

Le tir à l’arc n’est pas le sport le plus pratiqué chez les jeunes, qu’est-ce qu’il vous a apporté ?

Gurvan : J’adore l’Histoire en cours, surtout le Moyen Age, je voulais absolument faire un sport avec une arme d’époque. C’est ça qui m’a amené jusqu’au tir à l’arc

Nathan : J’aimais bien les arcs quand j’étais petit et quand j’ai grandi j’ai voulu en faire vraiment.

Concrètement qu’est-ce que ce sport vous apporte-t-il au quotidien ?

Gurvan : Ça m’a donné plus confiance en moi. Avoir un club autour de soi, c’est toujours bien parce que par exemple quand j’entends mes copains parler de leur club de foot, ça nous permet aussi de s’incruster dans la conversation pour parler de notre club. On fait de la pub ! (Rire)

Nathan : Quand on est dans un club, les entraîneurs nous expliquent mieux comment bien faire. Ils nous donnent des conseils comme bien mettre son bras d’arc, tirer avec son dos pour passer le click.

Le matériel est important dans notre sport. Comment vous vous en occupez ?

Gurvan : On essaie d’en prendre soin (de l’arc) au maximum, quand on le monte et aussi quand on a fini l’entraînement ou le concours et qu’on le démonte. Quand on tire dans la nature sur les parcours, il faut faire attention et éviter de perdre des pièces. On n’en prend soin mais on ne va pas jusqu’à le laver en rentrant chez nous ! (Rire). On le conserve bien dans son sac de rangement.

Nathan : Quand on monte son arc, il ne faut pas s’énerver si quelque chose ne fonctionne pas ou si on n’arrive pas à mettre une pièce du premier coup. On demande de l’aide à l’entraîneur ou à nos copains.

Et comment vous vous occupez de votre arc ?

Gurvan : On a appris avec les entraîneurs à monter et démonter notre arc, en prendre soin, faire des réglages, et aussi tirer avec.

Nathan : Quand on nous a montré comment on monte un arc la première saison, les entraîneurs nous ont aidé mais de moins en moins pour qu’on le fasse tout seul. Par exemple, le premier jour quand on a commencé, les arcs étaient prêts quand on est arrivé. La semaine suivante aussi. Au troisième entraînement, on a monté l’arc en regardant ce qu’ils nous montraient. Et après, on a commencé à monter nos arcs tout seul.

Nathan, en un mot, comment qualifierais-tu Gurvan ?

Nathan : Gurvan il a un esprit d’équipe et il vraiment gentil avec ses copains.

Et toi Gurvan, que peux-tu dire de Nathan ?

Gurvan : Nathan s’investi beaucoup au tir à l’arc, il est bon. Il a un grand esprit d’équipe.

Vous pratiquez beaucoup de sports au collège et c’est une chance, seriez-vous à faire du tir à l’arc en EPS ?

Gurvan : Oui je trouverai ça cool mais je trouve ça toujours stressant de faire un sport dont on est bon au collège parce qu’on ne peut pas forcément le montrer à tous, le dire. C’est stressant de se dire qu’on doit être bon dans le sport que l’on fait en dehors des cours si on en fait en EPS.

Nathan : C’est bien aussi de faire du sport en club mais quand on fait du sport avec le collège c’est bien de changer de sport comme ça on voit d’autres choses et on peut savoir si aimerait en faire à côté des cours.

Est-ce que ce serait une bonne idée de le faire découvrir au collège ?

Gurvan : Moi je trouverai ça bien, ça donnerait peut-être des idées à d’autres pour en faire au club. On serait plus nombreux, ça donnerait plus de chance de percer. (Rire)

Nathan : Si nous en faisions au collège, il y aurait plus de monde à venir dans un club. Mais par contre il faudrait que le collège soit prudent.

Exact, d’ailleurs est-ce que se serait faisable en termes de sécurité ?

Gurvan : Oui oui mais peut-être qu’il vaudrait mieux que ce soit des pros ou des gens qui font ça en club qui viennent expliquer le tir et encadrer au lieu que ce soit des profs de sports.

Nathan : Pour un prof de sport, le tir à l’arc ce n’est pas son sport spécial alors qu’un entraîneur de tir à l’arc il connaît son sport, c’est un entraîneur que de tir à l’arc, ce n’est pas un entraîneur de volley ou de basket. (Rire)

La France accueillera les Jeux Olympiques en 2024 à Paris. Qu’est-ce que cela évoque pour vous ?

Gurvan : C’est bien ! Déjà on regarde les JO, on pourra peut-être découvrir de nouveaux sports. Ça serait bien que des Français(es) gagnent des médailles en tir à l’arc comme ça ça montrerait que la France est bonne dans ce sport.

Êtes-vous fier de vous quand vous tirez bien ?

Gurvan : C’est sûr que ça motive. On est fier de savoir bien tirer, de rester concentrer et même d’avoir une arme dans les mains (dans le cadre sportif bien entendu).

Nathan : Je suis fier de moi quand je tire bien ma flèche, quand je fais le bon geste. Mais des fois on fait le bon geste et on tire mal. C’est le geste qui compte par l’endroit où arrive la flèche. Par contre, dans un concours, les deux sont importants.

Gurvan : Ça peut être aussi du hasard de bien tirer une flèche. (Rire)

Le tir à l’arc se décompose en plusieurs disciplines. Laquelle préférez-vous ? Pourquoi ?

Gurvan : Je trouve mieux le Campagne parce qu’on tire loin. J’aime bien ça. Le tir en salle, je n’aime pas trop justement parce qu’on ne peut pas tirer très loin. Le tir en Campagne ça permet de faire son sport et en même temps une passion parce que j’aime bien être dans la nature. Ça mélange deux de mes passions.

Nathan : J’aime bien tirer en Fédéral et en Campagne. J’aimerai faire un parcours Nature pour essayer. Ce que j’aime bien dans la compétition en Fédéral c’est de tirer dehors. En Campagne, on tire, on marche, les distances changent, on regarde la nature.

La relation entraîneur / entraîné est basée sur la confiance et la recherche d’une performance à atteindre, d’un développement à suivre, d’objectifs. Est-ce que vous êtes content du travail des coaches à vos côtés ? Vous aide-t-il suffisamment ?

Gurvan : Je trouve ça super ce qu’ils font ! C’est ça aussi qui m’a donné envie de continuer à faire du tir à l’arc après les séances de découverte. Les coaches sont bien, ils nous entraînent, nous donnent beaucoup de conseils. Ils ne nous mettent pas trop la pression pendant les concours.

Nathan : Je suis d’accord avec Gurvan, ils nous entraînent bien. Eux aussi ils ont un esprit d’équipe. Par exemple, pendant un concours, si on tire une mauvaise flèche, ils sont là pour nous dire de passer à la suivante, de s’appliquer pour bien la tirer, qu’elle sera meilleure. Je trouve ça bien.

Pratiquez-vous ou avez-vous pratiqué qu’autres sports ? Qu’est-ce que le tir à l’arc vous a apporté de différent ?

Gurvan : J’ai fait du tennis et de la natation. Mais le tir à l’arc m’a appris à prendre soin du matériel, d’un arc qui est nous appartient.

Nathan : J’ai fait aussi de la natation, j’aimais bien mais faire que des longueurs ça ne m’amusait pas. Le tir à l’arc je trouve ça beaucoup plus amusant.

Quel est votre plus beau souvenir au tir à l’arc ?

Gurvan : C’était il n’y a pas longtemps, quand j’ai fait un tir Nature. J’ai trouvé bien l’esprit d’équipe. Je me suis dis que j’avais choisi le bon sport, qu’il ne me lassait pas.

Nathan : Pour moi, c’est le concours Fédéral que j’ai fait à Logonna la semaine dernière. J’ai bien tiré, j’étais très content de ma journée.

Pour finir, que diriez vous à un jeune qui hésiterait à faire du tir à l’arc ?

Gurvan : Je lui dirai que ça dépend de ce qu’il aime comme sport. Si ça lui plaît, s’il aime la nature, s’il veut faire un sport individuel et aussi collectif, s’il veut avoir son propre matériel, il ne faut pas qu’il hésite à s’engager.

Nathan : Moi je dirai à quelqu’un, s’il veut faire du tir à l’arc, qu’il faut rester patient. Il ne faut pas s’énerver si on n’arrive pas à bien tirer tout de suite.

Gurvan : Si quelqu’un d’assez nerveux ou excité veut faire du tir à l’arc, faudra le prévenir de ce que c’est comme sport, que ça peut être dangereux si on ne fait pas ce que l’on nous dit. Mais ça peut l’aider.

Nathan : C’est vrai oui, tirer à l’arc, ça évacue le stress

Un grand merci à Nathan et Gurvan d’avoir accepté cet entretien et d’avoir donné leurs impressions. Merci également à Elouann qui a réalisé cet interview.

Nous espérons que ce format inédit vous aura plu.

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *